Newsletter

Qu’implique la mise en place des Bonnes Pratiques de Laboratoire ?

ImprimerE-mail

Les Bonnes Pratiques de Laboratoires (BPL) ont été introduites pour la première fois dans un texte de l’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) concernant le contrôle des produits chimiques en 1978. Afin de respecter les normes associées, les BPL engendrent des modifications dans l’entreprise comme des systèmes d’évacuation, de surveillance ou encore de protection.


Définition des Bonnes Pratiques de Laboratoire, norme concernée


Les principes des Bonnes Pratiques de Laboratoire (BPL) ont été mis au point pour promouvoir la qualité et la validité des données d’essai servant à établir la sûreté des produits chimiques. Il s’agit d’un concept de gestion recouvrant tout le processus d’organisation ainsi que les conditions dans lesquelles les études de laboratoire sont planifiées, mises en œuvre, vérifiées, enregistrées et rapportées.
Un des supports évoqués dans les BPL est le mode opératoire normalisé. Celui-ci décrit de façon très précise la manière de réaliser certains travaux en laboratoire. Il est très important pour une entreprise d’écrire ces modes opératoires car ils permettent une traçabilité des résultats obtenus et donc d’être approuvé par la Direction.
La norme ISO 17025:2005 est en lien avec les Bonnes Pratiques de Laboratoire, elle concerne les exigences générales des compétences afin d’effectuer des étalonnages ou essais. Cette norme comprend des méthodes normalisées ou non, élaborées par les laboratoires. Les modes opératoires rédigés pour les BPL doivent être normalisés et doivent contenir le domaine d’application des essais, l’appareillage utilisé ainsi que la description de la procédure à suivre.


Pour lire la suite de cet article, vous avez besoin de 1 crédit(s), Identifiez vous ou Achetez des crédits.

Nos partenaires