Newsletter

La France, 2ème exportateur mondial en cosmétique

ImprimerE-mail

En 2014, l’industrie cosmétique arrive en seconde position des exportations françaises.

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes

Après l’aéronautique (23,6 milliards d’euros), le secteur cosmétique est le deuxième secteur exportateur de l’économie française. Ce secteur poursuit sa croissance avec une progression de +4 % selon la FEBEA (Fédération française des entreprises de la beauté).
 


L’Hexagone conserve son premier rang au niveau mondial. Elle est en effet depuis plusieurs années le premier pays exportateur de produits cosmétiques, avec en 2013, 15,9 % de parts de marché devant les Etats-Unis (10,8 %) et l’Allemagne (10,7 %). Le pays représente également près d’un tiers des exportations européennes, « loin » devant l’Allemagne.
Les exportations de l’industrie cosmétique sont aussi, parmi les trois secteurs leaders, qui ont connu la plus forte croissance en 2014 (+ 2,5 % pour l’aéronautique et - 8 % pour l’industrie agroalimentaire).


Où exporte l’industrie cosmétique française ?


L’industrie cosmétique française exporte d’abord vers les autres pays européens. L’Union européenne demeure en effet la première destination avec 48,2% des exportations.
L’Asie est, après l’Europe, la deuxième région d’exportations des cosmétiques français, avec 16,9%. C’est la région où les exportations connaissent leur plus forte progression, avec +11,7% en 2014. La hausse la plus importante concerne la Chine (+16,5%). La France demeure ainsi le premier pays exportateur de produits cosmétiques vers cette zone, bien que la concurrence soit vive avec des opérateurs importants, notamment le Japon, la Corée et les États-Unis.
Les exportations vers le Proche et Moyen Orient connaissent également une augmentation très sensible de l’ordre de +7,1%, de même que les États-Unis (+7,6%). L’Afrique est en légère progression avec un taux de croissance de l’ordre de 0,4 %.
La Russie, la Turquie et l’Amérique Latine sont, en revanche, en retrait. Un recul que la FEBEA explique par « des difficultés économiques et/ou des incertitudes politiques et règlementaires. »


Les segments de produits qui ont le vent en poupe


Sans surprise, les soins et les parfums représentent les 2/3 des exportations françaises de cosmétiques (42,3% pour les soins et 33,8% pour les parfums) en valeur. Ils sont suivis par les shampoings et les préparations capillaires (6,6% cumulés), puis les produits de maquillage pour les yeux et les lèvres (6,5%).
Mais le dynamisme de la France sur les marchés internationaux est aussi révélateur d’une dépendance accrue de l’industrie européenne des cosmétiques vis-à-vis de la demande extérieure. Confrontés à des marchés domestiques atones ou en récession, les industriels n’ont d’autres choix que d’aller chercher la croissance là où elle se trouve.


Sandrine HALLER
s.haller@cosmeticinfopaca.com


Source : FEBEA


Pour lire la suite de cet article, vous avez besoin de 1 crédit(s), Identifiez vous ou Achetez des crédits.

Nos partenaires